Théâtre - Autre événement

Guillaume Cantillon

du au     10 h 00 - 18 h 00     Salle 101 - Conservatoire TPM     Toulon

Stage "Patrick Kermann, la voix des absents"

Guillaume Cantillon a été formé à l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes de 1994 à 1997. Comme acteur, il a notamment travaillé avec Bernard Sobel (Les nègres de J. Genet, La tragédie optimiste de V. Vichnevsky, et Le juif de Malte de C. Marlowe), Christian Rist (Les métamorphoses d’Ovide, et La surprise de l’amour de Marivaux), Pascal Rambert (Long Island de P. Rambert), Simone Amouyal (Peines d'amour perdues de W. Shakespeare, Marat/Sade de P. Weiss), Cédric Gourmelon (La nuit d’après H. Guibert et S. Beckett, La princesse blanche de R. M. Rilke, Premier village de V. Guédon, Ultimatum d’après F. Pessoa, D. Wojnarowitcz et P. Kermann, Edouard II de C. Marlowe, Il y aura quelque chose à manger de R. Mansec, Hercule/Oedipe les exilés de Thèbes de Sénéque, Tailleur pour dames de G. Feydeau et Liberté à Brême de R.W. Fassbinder), David Gauchard (Talking Heads de A. Bennet, Hamlet, Richard III et Le songe d'une nuit d'été de W. Shakespeare, et Des couteaux dans les poules de D.Harrower), Thomas Gornet (Des paillettes sur ma robe d’après J-L. Lagarce, et De toute(s) pièce(s) d’après G. Feydeau), Frédéric Garbe (Haute surveillance de J. Genet, et Saint Elvis de S. Valletti), Johanny Bert (Epopée de A. Cathrine, G. Soublin, C. Verlaguet , J. Bert et T. Gornet).

En 2008, il créé la compagnie Le Cabinet de Curiosités. Conventionnée par la Ville de La Garde dans le Var en 2010, elle est depuis en résidence au Théâtre du Rocher.

Il a mis en scène Cabaret Toy d’après Daniil Harms, Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck, Dandin/Requiem d’après Molière, Dies Irae de Léonid Andreiev, au sein du projet « Métiers de nuit » : L'homme qui (ne) voulait (pas) être sage de Joseph Danan, Au bord de la nuit #1 d'après Patrick Kermann, Noces de sang de Federico Garcia Lorca, 1918, l'homme qui titubait dans la guerre, oratorio d'Isabelle Aboulker, Métamorphoses ! de Gilbert Lely d'après six métamorphoses d'Ovide.

Il a en outre co-écrit, joué et mis en scène trois spectacles : Le projet ennui, Les inassouvis et Le sens (texte paru aux Cahiers de l'égaré en 2022)

 

Patrick Kermann a l'élégance, l'humour, la délicatesse et la politesse du désespoir. Son travail sur la langue oscille entre une grande économie de mots, et de grands flots ininterrompus, entre la crudité, la violence, la fulgurance et une poésie minimaliste, une immense tendresse et une profonde empathie pour ses semblables.
Il donne sa voix aux soufrants, aux disparus, aux absents, à ceux qui manquent, parce qu'il fait du Théâtre un espace sacré, où ce qui compte par dessus tout, c'est d'être au monde pour dire, dire encore, dire malgré tout, avant que tout ne s'efface.

Nous travaillerons à partir de plusieurs de ses textes (De quelques choses vues la nuit, Les tristes chants d'Asphodèles, Vertiges, etc...) pour mettre en jeu, au plateau, des figures lyriques ou clownesques, écervelées, des aphasiques ou logorrhéiques, des monomaniaques qui surgissent au bord de l’abîme : personnages drôles et risibles, pitoyables et comiques dans leur langue répétitive jusqu’à l’effroi.

Informations annexes au site