Danse - Master class

Fabrice Ramalingom

Le     12 h 30 - 18 h 30     Studio de danse des Espaluns     La Valette-du-Var

Le     10 h 00 - 16 h 00     Studio de danse des Espaluns     La Valette-du-Var

Création pour le Ballet Junior

Né le 13 février 1965 à Avignon de parents français apatrides ayant quitté Madagascar après l’indépendance, FABRICE RAMALINGOM a des origines indiennes, africaines, européennes. 

Depuis la création de R.A.M.a, Fabrice chorégraphie plusieurs pièces qui définissent son désir de creuser sa démarche : construire une organisation claire de l’espace scénique pour révéler la complexité de la nature humaine. Il questionne ainsi, d’un point de vue plus technique, la qualité de présence du danseur. En 2007, il signe un solo : COMMENT SE MENT, (le masculin / la mise à nu / l’exposition) qui sera créé à la Biennale du Val de Marne et présenté au Festival Montpellier Danse 07 où il crée également la même année, POSTURAL : ETUDES pièce pour 15 hommes de générations différentes (exposition des corps / rapport des générations). Il enchaînera avec une commande de la compagnie canadienne de Vancouver Machinenoisy, pour laquelle il crée en 2008 un duo VANCOUVER VERSUS VANCOUVER (rapport de la narration à la présence) puis co-signe la même année, avec SASKIA HÖLBLING, chorégraphe autrichienne, un duo FICTION IN BETWEEN (apparition / disparition / mystère). En 2009 il écrit un solo, INTERSTICE, pour le danseur Lorenzo Dallai et creuse la question de la disparition / apparition abordée dans FICTION IN BETWEEN. En 2010, pour les 30 ans du festival Montpellier Danse, Fabrice présentera PANDORA BOX BODY (apparition / transformation) au nouveau théâtre de l’Agora, cité Internationale de la Danse.
En 2011, il signe la pièce BRUT (animalité / tribu / brutalité), quintet pour danseurs tchèques et en 2012 MY POGO, (brutalité / groupe-individu)pièce pour 6 danseurs.
En 2013, Fabrice a créé au Canada un solo pour le chorégraphe-interprète DAELICK HACKENBROOK. Il a également collaboré avec l’écrivaine EMMANUELLE BAYAMACK-TAM et a créé avec elle EN AMOUR IL FAUT TOUJOURS UN PERDANT dans le cadre du festival Concordan(s)e.
En 2014, il met en scène et chorégraphie D’UN GOÛT EXQUIS (homosexualité / politique)d’après l’oeuvre d’ANTOINE PICKELS, pour 5 interprètes. Dans cette pièce kaleïdescopique, la danse croise le théâtre, la lumière, le son, et une conférence vient tantôt convoquer l’histoire, dialoguer au présent avec le plateau, ou interroger des perspectives.
En 2015, il retrouvera Benoît Lachambre rencontré il y a presque 20 ans autour d’un nouveau projet HYPERTERRESTRESL’idée d’un duo nait du désir de partager à nouveau un plateau ensemble, de définir des pratiques de travail, de confronter leurs cheminements artistiques. Fabrice la « métamorphose », Benoît le « rayonnement », la rencontre duale se veut désormais incontournable tandis qu’elle se jouait jusque-là de façon sous-jacente.