Hier au centre de la pratique musicale (rappelons-nous Bach, Mozart, Beethoven ou Liszt), l'improvisation a quitté le champ de la musique savante vers le milieu du XIXe siècle, hormis à l'orgue et dans les concerts de quelques rares virtuoses. Face au jazz, l’improvisation classique ressurgit aujourd'hui, force les portes des salles de concert et des festivals de musique contemporaine, prend part aux spectacles de danse, aux pièces de théâtre, aux créations cinématographiques, et de nombreux conservatoires l'accueillent en leur sein.

Jean-François Zygel consacre ce nouvel atelier d'improvisation aux élèves des classes de claviers : piano, clavecin, orgue, piano jazz.